Résidence d'artiste / passée

Résidence à progress : "En route, ce matelas sert de valise."

fullsizer1-6e2f670c381d48fec179df80b75fa16e

Michel Leiris notait ses rêves. Dans Nuit sans nuit et quelques jours sans jours, publié aux éditions L'imaginaire Gallimard, l'on peut en lire certains. Ainsi, un rêve, sans date : " L'un de mes amis surréalistes — Marcel Noll — qui voyage avec moi, me montre, dans une rue d'un faubourg de Paris, le matelas de trente mètres de long qu'il emporte toujours dans ses déplacements. Deux couples peuvent y dormir chacun à un bout, mais ils risquent de se perdre dans le long tunnel des draps. En route, ce matelas sert de valise ; Noll roule son bagage dedans et entoure le tout avec une courroie."
Tel le matelas décrit par Leiris, c'est un grand rouleau de papier que Mélanie Delattre-Vogt emportera pour sa résidence chez Progress gallery. Les formes qui viendront peu à peu s'y dessiner, lui sont encore parfaitement inconnues ainsi que celles qui, durant le temps du rêve apparaissent au rêveur.