exposition solo / passée

salon de progress #6 / Retour à Pesmes

fichier-com-basse-def-e488855bb5ba4411da623209415e5467

Pesmes est de ces lieux que j’ai l'impression de connaître sans n'y avoir jamais été. Impression fausse, certainement, née d’avoir entendu mes proches en parler, des images que j'en ai vues, de ce que je sais du séminaire et du travail architectural qui s’y crée1.

Aussi me plaît-il de « retourner » à Pesmes, par le biais de cette exposition parisienne. Et, plus spécifiquement, de la « visiter » en hiver ; visiter une Pesmes glacée qui serait le théâtre de paysages vastes et sans habitations, blanche, comme ma mémoire, mes souvenirs erronés.

Retournons à Pesmes, donc, mais ne vous attendez pas à voir Pesmes ! Non que la nature et l'Ognon2, personnage principal de cette série de photographies, ne fassent pas partie de la ville au même titre que son centre et ses habitations. Simplement, ce qui ressort ici du corpus hivernal extrait de l'ouvrage Pesmes. Art de construire et engagement territorial3, c'est le givre, le blanc. L'absence. Et pour cause, ces photographies ont été faites dans un mouvement d'éloignement par rapport au bourg construit de Pesmes, dans un moment particulier, en deux jours seulement. Alors on comprend la cohérence esthétique de l'exposition, obtenue par l'unité de format des tirages, mais aussi et surtout par l'unité temporelle et colorimétrique des images. On comprend aussi qu'un instant climatique soit devenu l'objet d'une série, et, plus largement, d'une exposition. L'hiver nu révèle des panoramas et des points de vue que l'été renferme dans son opacité. L'hiver ouvre la voie au grand paysage, dévoile le plateau sur lequel est construit le bourg, expose la plaine en contrebas.

Bienvenue à Pesmes !

Balqis Tandjaoui
autrice et historienne de l’art


1 Chaque été depuis 2015, l'association AVENIR RADIEUX, créée par Bernard Quirot et dont la mission consiste à lutter contre la désertification et la dégradation des centres historiques de Pesmes et des communes environnantes, organise dans la ville un séminaire d'architecture à l'adresse d'étudiant·es, historien·nes, critiques et architectes. Il s'agit de relier l’architecture, comme acte de construire, à un engagement territorial concret.
2 Rivière traversant Pesmes sur un peu plus de dix kilomètres.
3 Boegly, Luc et Curien, Émeline, Pesmes. Art de construire et engagement territorial, Building Books et
Avenir Radieux, Paris, 2022, 168 pages.

œuvres exposées