Exposition collective / passée

progress gallery accueille la galerie Simon Cau pour : Tell Tale Signs , Vol 1: Sign on the window, avec Antoine Carbonne, Coraline de Chiara et Marine Wallon.

au-loin-a1a15026f8cbd6eaf52427294737ba08

Vernissage Mardi 5 septembre de 18 à 21h

progress gallery accueille la Galerie Simon Cau pour une exposition inédite.
Simon Cau, Galeriste nomade et commissaire d'exposition
06 30 85 03 36 www.galeriesimoncau.com

De sa genèse à son exposition en plusieurs volets, le projet Tell Tale Signs est une exploration du processus créatif.
En juin 2015, Antoine Carbonne, Coraline de Chiara et Marine Wallon viennent à ma rencontre lors de l'exposition Parti(e) du paysage que j'organise à Montrouge. A l'issue de la visite, ils me proposent d'être le commissaire d'un projet commun, en germe depuis quelque temps.
Tous trois diplômés des Beaux-Arts de Paris, ils ont choisi la peinture comme medium privilégié d'expression, bien qu'il leur arrive de faire quelques escapades du côté de l'objet, de la vidéo ou du dessin. Ayant partagé une partie de leurs études, ils se connaissent, s'apprécient et sentent affleurer dans leurs pratiques respectives des points de convergence. Ils réfléchissent à une manière de les faire dialoguer.
Au cours de nos séances de discussion, plusieurs pistes se font jour : la question du document source comme base de travail, le plaisir de se laisser guider par une image, le retour à l'exploration d'une peinture figurative aux potentialités infinies, la prise de risque par le décalage.
Plutôt que de se focaliser sur l'un ou l'autre de ces points communs ou de chercher à fusionner les pratiques, l'idée émerge finalement d'associer aux trois univers artistiques un quatrième ensemble producteur de sens, celui du curateur. Une collection d'images assemblées comme autant de signes à déchiffrer, échos à des univers personnels.
75 visuels d'origine très diverse sont réunis par mes soins. Ils sont mélangés et leur titre est effacé au profit d'un numéro de manière à limiter toute indication qui influencerait trop directement les trois artistes dans leur interprétation des images sélectionnées.
Ces réflexions sont alors nourries par ma lecture de Gilles Deleuze et son analyse des systèmes de signes dans l'oeuvre de Marcel Proust (1) et plus généralement dans l'ensemble des rapports humains.
Il distingue ainsi quatre types de signes : les signes mondains, les signes sensibles relatifs aux objets, les signes amoureux et enfin les signes de l'art, vers lesquels convergent tous les autres et qui les unifient. Ces derniers seraient ainsi supérieurs car seuls à être immatériels et à révéler l'essence suprême des actions humaines.
Tell Tale Signs tente de créer les conditions d’un scintillement de ces signes au travers d’un ensemble d’oeuvres en apparence déconnectées les unes des autres.
«Sign on the window», premier volet de ce projet, restitue la partie émergée de ce processus créatif au long cours. Il donne à voir les créations directement inspirées de la base d'images (2). Le visiteur est invité à découvrir le résultat final de ce parcours artistique et à s'interroger sur les étapes conceptuelles et matérielles qui ont mené à la réalisation de ces nouvelles oeuvres.
Simon Cau

(1) Gilles Deleuze, Proust et les signes,1964, PUF
(2) Typologie de signes :

La question du document-source a pris une place prépondérante dès les premières discussions du projet Tell Tale Signs. Ces échanges visaient à dégager des points communs entre les pratiques d’Antoine Carbonne, Coraline de Chiara et Marine Wallon. Le premier identifié fut le questionnement partagé autour de l’image, qu’ils glanent dans des livres, des films, sur internet ou que des amis leur envoient et qui sert très souvent de base à l’élaboration d’une nouvelle toile.
La base de données d’images à partir de laquelle ont travaillé les trois artistes a été constituée de manière subjective et constitue donc un kaléidoscope très personnel de centres d’intérêt variés. Néanmoins, on peut distinguer certains sous-ensembles :
TTS : Tell Tale Signs
Signes directement liés au coffret Tell Tale Signs. Chaque titre du coffret a fait l’objet d’une googleisation en règle à la suite de laquelle j’ai retenu une image qui résonnait davantage que les autres
BDW : Bob Dylan World
Références à l’univers dylanesque : chansons du « Zimm », lieux ou objets clés de sa carrière, personnes fréquentées
MP : Mythologie Personnelle
Clins d’oeil à des films, des chansons ou des univers intimes
HR : Hasard d’Internet
Images glanées sur le Web et sélectionnées pour leur force visuelle ou le décalage de regard qu’elles suggèrent.